A. Henry

La Fnt dau Rei

Aqueste pichon poma d'una sensibilitat sai que convencionala, representatiu de que s'escriu en c dins las annadas 1890, s'atrba dins "Le Flibrige Latin" tm II, 1891 (Junh), pp 136-137. Amb la sola menon :"Languedocien (Montpellier et ses environs) orthographe montpelliraine."

Jot mon regard, ai la natura
a mos peses, i a la Mausson,
que se rescnd dins la verdura
coma dins l'euse un aucelon!
Aiaval, au fiu de l'aigueta,
volastrejan de parpalhons,
e me sembla qu' rescondons,
mai d'un jga emb sa migueta.

O Fnt dau Rei, dins ton silena,
lo temps fugs doamenet,
e Dieu sap quanta jossena
trbe en i demorant solet!
Aqui mon anma dessoblida
que, pas lunh d'aic, Montpelhir
mstra sa rauba tan polida
e sa corona de laurir.

Aic que pgue lng-temps stre
urs jot lo regard de Dieu,
d'un pauquet me sentir lo mstre
dins mon printemps, dins mon estiu,
Pui ! quand l'autona, fnt aimada,
vendr passir lo darrir grelh,
en barrant mos ulhs au sorelh
aurs ma darriira pensada.

A. HENRY

La Fontaine du Roi

Sous mon regard, j'ai la nature; - mes pieds, j'ai la Mosson (1) - qui se cache dans la verdure - comme un petit oiseau dans un chne! - L bas, au fil de l'eau, les papillons voltigent - et il me semble qu'en cachette - plus d'un joue avec son amie. O Fontaine du Roi, dans ton silence, - le temps fuit doucement, - et Dieu sait quelle jouissance - je trouve en y restant seul. - L mon me oublie - que, non loin d'ici, Montpellier - montre sa robe si jolie et sa couronne de laurier. Ici que je puisse longtemps tre - heureux sous le regard de Dieu, - que je puisse me sentir un peu mon maitre moi-mme - dans mon printemps, dans mon t! - Puis quand l'automne, fontaine aime, - viendra fltrir le dernier rameau de l'arbre, - en fermant mes yeux au soleil, - tu auras ma dernire pense!

A. HENRY,

(1 ) La Mosson, petite rivire aux environs de Montpellier

 

Perqu te'n vas?

Dins lo tm VII, 1896, de la meteissa revista (p 145-6) s'atrba un autre poma ont l'autor repren d'un biais agradant lo tn dels elegiacs de la comenana dau sgle XIX coma Rigaud, Gaussinl...

Perqu te'n vas, Margarideta
tota soleta tant matin?
Es totescs se, dins l'erbeta,
lo sorelh comena a lusir.
Autras fes jot aqueste ombratge
emb ieu venis t'assetar ;
Ton cr es-ti vengut volatge ?
Ingrata, ui vs me quitar ! (bis)

Autras fes, quand sus una branca,
getvem nstres ulhs coquins,
per te plaire, ma benaimada
l'agantave coma podii,
me pagaves d'una braada
lo pauc de pena que prenii (bis).

Ui de ieu t'enchautas pas gaire :
te'n vas entre que ven lo jorn.
Ben lunh dau cp d'ulh de ta maire
perqu rescndre ton amor?
sabes ben que l'amor fidle
pt pas stre pres per lo mau,
s'ras satja coma sis bla,
filheta, faris pas antau (bis).

Sis una abelha volontosa,
te fau las pus polidas flors.
Pasmens, ce que te rend urosa
pt te causar mila dolors.
Tot es pas rsas dins la vida :
un jorn, quand aurs pres de sen,
tornars a ieu, Margarida,
ms benlu ser pas pus temps (bis).

 

Retorn a l'ensenhador de la literatura montpelhieirenca d'c
Retorn a l'ensenhador de la literatura dau sgle XIX
Retorn a l'ensenhador generau